Vous n’avez pas cru au 21 décembre 2012, mais demain ?

21 décembre 2012, c'était de la blague !

21 décembre 2012, c’était de la blague !

Ah, quelle belle arnaque, ce 21 décembre 2012. Je ne dis pas cela, parce que la fin du monde tant annoncée n’a pas eu lieu. J’étais profondemment convaincu de cette grande mystification. Mais ce n’est peut être que partie remise.

Et si la prochaine fois, c’était le big one…Surtout quand cela va-t-il arriver ?  Evidemment, personne ne saurait la prédire. Et surtout prévoir le jour, voire l’heure à laquelle tout ceci va nous tomber sur le coin de la tête.

21 décembre 2O12, quel beau canular !

21 décembre 2O12, quel beau canular !

C’est pourquoi ce 21 décembre 2012, ce n’était que pure illumination. En tout cas, quelle publicité ! Toutes les excentricités – pour ne pas dire des conneries – n’avaient plus de limites. Du calendrier maya dont certains ont interprété que le 21 décembre 2012 marquait le début d’une nouvelle ère. D’autres nous ont vendu parmi ces scénarios dignes des plus grands romans de la science-fiction: un cycle solaire, une collision de la Terre avec un trou noir, ou la planète Niribu… Enfin, bref, arrêtons les délires mystiques, ésotériques ou new age. Comment les gens peuvent-ils faire preuve d’autant de naïveté? Bugararch et tout le reste?

Les médias se sont engouffrés là dedans et pourtant déjà le passage à l’an 2000, on nous avait déjà fait le coup. Le cinéma aussi. Roland Emmerich et cie. Bref, ca sentait bon les dollars à prendre en réussissant à agiter les craintes collectives, un peu comme un torrero agiterait sa muleta devant un pauvre taureau.

Comment expliquer ce succès médiatique? La réponse. Il existe bien une peur collective de la fin du monde. Si celle-ci est plus ou moins présente chez certains ou beaucoup d’entre nous – ca dépend de votre degré de sensibilité – c’est bien que chez gens-là – hormis une énorme naïveté- il y a bien une pensée qui tend à admettre que la fin d’un monde ou du monde est dans le degré ou le champ des possibles.

Je vous arrête tout de suite. Je ne crois pas un instant à ces thèses d’une prédiction datée qui tend à faire d’un jour l’apocalypse.

Mais pourquoi ce blog, me direz-vous? Je défends une toute autre thèse, celle d’une fin d’un monde ou plus exactement de notre civilisation occidentale – dite aussi développée – à partir de faits bien précis. Je suis quelqu’un de profondément cartésien. Je ne crois uniquement à ce que je vois. Je ne vais pour énumérer la liste des champs qui permettent d’étayer la thèse qui dit qu’on va droit dans le mur: crise économique, politique, environnementale, sociétale…La dégradation s’accélère en France, en Europe. Partout. C’est pourquoi, je crois plus en une lente descente vers les précipices – phase dans laquelle nous nous situons- qui va s’accélère quand les phénomènes jusqu’alors isolées, vont se corréler. Bref, un effet boule de neige. ou si on reste dans les formules imagées, on est dans l’entonnoir qui nous amènera dans les abîmes. Une chute.

La chute est proche. Je le répète, ce n’est pas une prédiction, c’est un constat. A moins que…